La liaison douce à la Grande Bastide

La liaison douce à la Grande Bastide

Dans le cadre de sa politique de développement durable, la Commune d’Oraison a souhaité développer et améliorer son réseau de liaisons douces. L’objectif était de pouvoir connecter les principaux sites d’habitat au centre-ville, en créant ainsi un maillage cohérent.

Rappel : une liaison douce est un axe de circulation destiné aux modes doux, aux modes de déplacement non motorisés (marche, vélos, rollers, trottinettes, …).

Pourquoi développer des liaisons douces ?

  • Pour proposer une alternative à la voiture en connectant des quartiers périphériques au centre-ville.
  • Pour créer des espaces confortables et sécurisés pour tous les usagers.
  • Pour accéder facilement aux transports en commun.
  • Pour désengorger le centre-ville.

Ainsi, une liaison douce principale a été réalisée le long de la route départementale n°4, depuis le rond-point de la zone artisanale des Bouillouettes, jusqu’au croisement du chemin de Saint Pancrace au sud, afin de pouvoir connecter les lotissements qui se sont développés au sud du territoire aux quartiers du centre-ville. Cet aménagement a nécessité de procéder à certaines acquisitions foncières le long du tracé.

Ces travaux ont été aussi l’occasion de matérialiser et sécuriser l’accès entre la RD4 et le chemin du Thuve, au niveau du silo de GPS.

Les travaux ont démarré mi-mars 2019 et se sont terminés mi-décembre c.a.d. à peu près un total de 8 mois (avec 1 mois d’interruption en août) .

Coût du cheminement doux : 898 425€ TTC avec un financement de l’Etat (200 000€), de la Région (135 600€) et du Département (39600€). La DLVA apportera une contribution de 93 000€ pour l’éclairage.

Synthèse des principales caractéristiques techniques du cheminement :

  • Une longueur d’environ 1100mL,
  • Une largeur moyenne de 2m50,
  • 850mL de muret montagne, afin de garantir la pleine sécurité des usagers,
  • La création d’un réseau de drainage des eaux pluviales avec un dispositif innovant d’infiltration des eaux dans le sol, visant à limiter les impacts négatifs d’une concentration des rejets en aval des aménagements,
  • 70 avaloirs, tant côté route départementale que côté cheminement, ayant d’ores et déjà prouvé leur efficacité à résoudre les dysfonctionnements chroniques sur le secteur.

En résumé – un ouvrage remplissant pleinement ses objectifs et rencontrant un franc succès.

Mon kiosque

Oraison Mag

Bulletin municipal

N° 1 - décembre 2020

Dossier spécial : « L’éclairage public en question »  

Oraison infos

Le bulletin municipal

N° 53 - Juin 2020

Edition spéciale: Confinement.